top of page

La déshumanisation de l'Homme

Dernière mise à jour : 8 mars

La déshumanisation commence toujours par le langage, souvent suivi par les images.




Où est la limite ? Existe- t-il une ligne de démarcation entre les comportements tolérables et ceux qui ne le sont pas ? Dois-je supporter que quelqu'un me démolit ou remette en question mon droit réel à exister ? Y a-t-il une ligne à ne pas franchir ? La réponse est oui.


Plus les limites sont claires et respectées, plus le niveau d’empathie et de compassion envers les autres est élevé. Moins de frontières claires, moins d’ouverture. Il est difficile de rester bienveillant lorsque vous sentez que les gens profitent de vous ou vous menacent.

  • La sécurité physique est l’une des conditions préalables non négociables à la vulnérabilité. Nous ne pouvons pas nous permettre d'être vulnérables et ouverts si nous ne sommes pas physiquement en sécurité.

  • La sécurité émotionnelle parle de langage et de comportement déshumanisants.

La déshumanisation est un processus psychologique consistant à diaboliser l’ennemi, le faisant paraître moins qu’humain et donc indigne d’un traitement humain. La déshumanisation commence souvent par la création d'une image d'ennemi. À mesure que nous prenons parti, perdons confiance et devenons de plus en plus en colère, non seulement nous solidifions une idée de notre ennemi, mais nous commençons également à perdre notre capacité à écouter, à communiquer et à pratiquer ne serait-ce qu'un minimum d'empathie.

Une fois que nous considérons les gens de « l’autre côté » d’un conflit comme moralement inférieurs et même dangereux, le conflit commence à être présenté comme une confrontation du bien contre le mal. La déshumanisation a alimenté d’innombrables actes de violence, violations des droits humains, crimes de guerre et génocides. Cela rend possible l’esclavage, la torture et la traite des êtres humains. Déshumaniser les autres est le processus par lequel nous acceptons les violations contre la nature humaine.

Pourtant, la plupart d'entre nous pensont que les droits humains fondamentaux ne doivent pas être violés et que les crimes comme le meurtre, le viol et la torture sont répréhensibles. Cependant, une déshumanisation réussie crée une exclusion morale. Les groupes ciblés en fonction de leur identité – sexe, idéologie, couleur de peau, origine ethnique, religion, âge – sont décrits comme « inférieurs à » ou criminels, voire maléfiques. Le groupe ciblé finit par échapper à la protection naturelle de notre code moral. Il s’agit d’une exclusion morale, et la déshumanisation en est la base.

La déshumanisation commence toujours par le langage, souvent suivi par les images. Nous le voyons tout au long de l’histoire. Pendant l’Holocauste, les nazis décrivaient les Juifs comme des Untermenschen , des sous-humains. Ils traitaient les Juifs de rats et les décrivaient comme des rongeurs porteurs de maladies dans des brochures militaires et des livres pour enfants. Les Hutus impliqués dans le génocide au Rwanda ont appelé les Tutsis des cafards. Les peuples autochtones sont souvent qualifiés de sauvages. Les Serbes traitaient les Bosniaques d'étrangers. Tout au long de l’histoire, les propriétaires d’esclaves considéraient les esclaves comme des animaux sous-humains.


Nous avons tous la responsabilité de la reconnaître et d’y mettre un terme.

Le courage d’embrasser notre humanité

Parce que tant de systèmes de pouvoir vétustes ont placé certaines personnes en dehors du domaine de ce que nous considérons comme humain, une grande partie de notre travail est désormais davantage une question de « réhumanisation ». Cela commence au même endroit que la déshumanisation commence : avec les mots et les images. Aujourd’hui, nous nous rapprochons de plus en plus d’un monde où le discours politique et idéologique est devenu un exercice de déshumanisation. Et les réseaux sociaux sont les principales plateformes de nos comportements déshumanisants. Sur Facebook, X, Instagram, Tik Tok, nous pouvons rapidement pousser les personnes avec lesquelles nous sommes en désaccord sur le territoire dangereux de l’exclusion morale, avec peu ou pas de responsabilité, et souvent dans un anonymat complet.


Il y a une ligne. C’est gravé dans la dignité. Et des gens enragés et craintifs, de droite comme de gauche, la traversent chaque jour à un rythme sans précédent. Nous ne devons jamais tolérer la déshumanisation – le principal instrument de violence utilisé dans tous les génocides enregistrés au cours de l’histoire. Lorsque nous nous engageons dans une rhétorique déshumanisante ou promouvons des images déshumanisantes, nous diminuons ainsi notre propre humanité. L'humiliation et la déshumanisation ne sont pas des outils de responsabilisation ou de justice sociale, elles sont au mieux un déchargement émotionnel, au pire une complaisance émotionnelle. Et si notre foi nous demande de trouver le visage de Dieu chez tous celles et ceux que nous rencontrons, cela devrait inclure les politiciens, les médias et les étrangers avec lesquels nous sommes le plus violemment en désaccord. Lorsque nous profanons leur divinité, nous profanons la nôtre et nous trahissons notre humanité.


Comment nous réhumaniser ?



Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page