top of page

Kintsugi, une seconde vie


Historiquement, il est dit que le Shogun Ashikaga Yoshimasa ( 1435 – 1490 ) ayant cassé son bol à thé favori. Ce dernier émis le souhait de voir son bol réparé. Envoyé en Chine, dans les mains d’artisans réputés habiles, le Shogun ne fut pas satisfait de la réparation : les morceaux étaient tenus entre eux par des agrafes métalliques et disgracieuses, qui ne rendaient pas réellement l’objet utilisable. Ashikaga Yoshimasa aurait alors demandé aux artisans japonais de trouver une technique pour restaurer l’objet et le rendre étanche. Le Kintsugi était né.  »

Kintsugi, littéralement « jointure en or », Kintsukuroi, « action de réparer à l’or » est une technique et un art japonais qui consiste à réparer les poteries et céramiques brisées avec une laque végétale saupoudrée de poudre d’or, puis polie à la pierre d’agate. Les pratiquants de la voie du thé appelaient cette partie réparée « paysage ». Impermanence, humilité, réincarnation et flux continu de la vie, le kintsugi est un art qui redonne vie à l’objet, qui lui offre une seconde vie.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

À visionner : Meneath, l’île secrète de l’éthique

Meneath : l’île secrète de l’éthique explore les contradictions entre les sept péchés capitaux (luxure, gourmandise, avarice, paresse, colère, orgueil et envie) et les sept enseignements sacrés anichi

Film japonais, The sound of water

“La fleur de cerisier est une fleur puissante. Sa joliesse est un masque. Par sa fougue, par son exubérance, elle est l’impitoyable appétit, la pulsion de vivre, le désir d’essayer ou de mourir. Le mo

bottom of page