top of page

Danse, Le souffle


Le Bouddha a dit : “Au premier dhyâna, la pensée est fixée, l’esprit ne connaît ni connaissance, ni destruction. Au 2ème dhyâna, le souffle est fixée, il n’entre ni ne sort.” Quand le souffle n’entre, ni ne sort, la respiration est fixée, ce qui permet d’entretenir le souffle. Cette respiration n’est pas la respiration externe par le nez et par la bouche. En fait, à la conception, l’embryon se forme grâce à la respiration de la mère et, quand la matrice se déchire pour laisser sortir le foetus, ce souffle est préservé dans la cavité ancestrale. Il communique avec la respiration nasale et buccale. Mais chez l’homme ordinaire, la respiration se fait par une entrée et une sortie par la bouche et par le nez, sans que celui-ci puisse entrer dans l’orifice ancestral pour retourner à la racine. Chez l’homme parfait, à chaque respiration, il y a un retour à la racine. C’est pourquoi Zhuangzi a dit que la plupart des gens respiraient à partir de la gorge et que l’homme parfait respirait à partir des talons.”
0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

À visionner : Meneath, l’île secrète de l’éthique

Meneath : l’île secrète de l’éthique explore les contradictions entre les sept péchés capitaux (luxure, gourmandise, avarice, paresse, colère, orgueil et envie) et les sept enseignements sacrés anichi

Film japonais, The sound of water

“La fleur de cerisier est une fleur puissante. Sa joliesse est un masque. Par sa fougue, par son exubérance, elle est l’impitoyable appétit, la pulsion de vivre, le désir d’essayer ou de mourir. Le mo

bottom of page