top of page

Parasite, candidose

flower.jpg

Parasite, candidose…. À force de vouloir toujours redevenir plus blanc que blanc, on finit par perdre toute couleur, on n’est plus visible, on ne prend plus sa place. Y aurait-il une forme de dépression là-dessous ? L’albumen, c’est le blanc de l’œuf, quand on a enlevé le jaune, la vie : mémoire d’IVG et programme de mort dans la famille. Reste la culpabilité, qui doit être effacée aussi, sous peine de réactiver continuellement le conflit.

Notre cerveau biologique choisit l’organe dont la fonction correspond exactement au besoin pour compenser notre « insatisfaction » ou notre problématique existentielle. Le décodage va utiliser notre base biologique qui permet de cibler instantanément le type de problème et de retrouver rapidement son origine en « voyageant » avec le ressenti. Nous pensons, nous ressentons, nous agissons face aux événements de la vie. Nos cellules ne réagissent pas en mode de pensée et ne juge pas ce qui est bien ou mal, et ne mentent pas car elles ne pensent pas mais sont dans le ressenti.

Pour la candidose : « la perte de sa place », dans le travail ou dans la famille ou perte de l’être aimé. Cela fonctionne de cette façon: si on laisse notre place vacante, et bien notre territoire est colonisé par la prolifération de champignons qui vont agir comme des colons qui vont occuper cet espace en le «sur peuplant »et en exterminant les occupants habituels. Cela nous fait dire que la nature à horreur du vide ! La situation originelle face à laquelle nous n’avons pas eu moyen d’agir efficacement, fait réagir nos pensées qui vont s’embrouiller, l‘émotion va nous envahir et la croyance va s’installer. Exprimer et mettre à jour un conflit qui est enfoui en nous, et qui induit des croyances limitantes. Quand le sentiment est exprimé (celui-ci n’est donc plus imprimé au niveau de la cellule), cela va laisser la place à de nouvelles expériences qui vont aider la personne à devenir elle-même co-créatrice de sa vie car elle met à jour sa problématique et solutionne son conflit. Ce qui est magique, c’est que sans intervention extérieure, la candidose va disparaître comme elle est venue.

« Le sucre, c’est l’apprentissage de l’autonomie » La glycémie peut presque être considérée comme un équivalent de la valeur du moi, dans le sens de la capacité à avoir une existence autonome. Le besoin de sucre étant la représentation du manque de douceur dans les émotions que l’on vit.

Candidose = candide / ose. Désir, peur, ressenti conflictuel d’être trop candide pour oser être candidat(e) au jeu, à un poste. Celles et ceux qui ont peur de remettre leur candidature, de peur qu’on les repère et qu’on les prenne, ce qu’ils désirent en secret. La maladie est la solution parfaite du cerveau pour que le (la) candide ose s’intégrer au jeu (intestin) et prendre sa place. Le mot candidat désigne celui ou celle qui postule à une place, une fonction, un poste, un titre, un diplôme, qui pose sa candidature. L’origine du mot vient du fait qu’à Rome les candidats aux fonctions publiques s’habillaient en blanc. Il faut être pur(e) pour être candidat(e). « Candidus » signifie aussi éblouissant, éclatant, clair, radieux, heureux, favorable, franc, loyal : c’est pour retrouver toutes ces vertus, pour soigner sa dévalorisation et sa culpabilité, qu’il faut repasser par la page blanche (album = livre blanc), pour recommencer à écrire sa vie sous de meilleurs auspices. Mais la page blanche est elle-même source de stress, le grand stress de l’écrivain face au vide. La personne qui souffre de candidose est alors aux prises d’une double contrainte négative : soit la nécessité d’effacer les traces d’une honte familiale, soit le vide de la page blanche. – il y a un lien avec la mort et le pardon, par exemple un avortement non pardonné, ou un deuil complet qui n’a pas pu être fait (la rancune est restée) ; – il y a une notion d’exclusion, de rupture, une rupture affective ou sexuelle ou liée à une nouvelle identité (la localisation nous apportera des précisions : anus, voies génitales,…) ; – si l’on combine les deux, cela peut être aussi une rancune par rapport à une rupture, ou quelqu’un qui a été exclu dans la mort ou à cause de la mort.

Au niveau Alimentation

Alimentation trop acide, stress, antibiotiques à outrance, pesticides, métaux lourds (incluant les vaccins), manque de sommeil, manque de vitamine D, notre flore intestinale peine et notre feu digestif devient de plus en plus faible ou une condition ama issue de l’accumulation d’une masse alimentaire non digérée dans les intestins. Aux États Unis, la consommation de sucre est presque de 70 kg par année. Les pays européens consommeraient 35 kg de sucre par année, contre 1kg au début du 20ème siècle.

Les symptômes d’une infection parasitaire peuvent varier considérablement. De nombreux symptômes communs incluent:

gaz, ballonnements douleur abdominale ou crampes constipation ou diarrhée Légère fièvre douleur dans le foie ou la vésicule biliaire Nausée Mauvaise haleine fatigue ou faible énergie chronique manque d’appétit mauvaise digestion ou digestion variable sensation de lourdeur, d’embonpoint émaciation extrême Pied d’athlète Couche blanchâtre sur la langue Démangeaisons (anus, scrotum, pénis) Infections vaginales, Endométriose Diminution de la libido Symptômes pré-menstruels anémie déprime infections à champignons sous les ongles Hypersensibilité (humeur fluctuante, anxiété, peur, céphalées répétées….) Faiblesse immunitaire (asthme, rhumes à répétitions, eczéma, infections de la gorge, pellicules….) Allergies alimentaires cycles menstruels irréguliers douleurs articulaires, notamment aux épaules et aux genoux une forte allergie aux acariens, lui causant des démangeaisons sur tout le corps une forte mycose vaginale Oppressions respiratoires passagères Manque de souffle ou palpitations

Les parasites créent des déchets sur lesquels la levure se nourrit, tandis que la levure fournit un environnement humide idéal pour la prolifération des parasites. Il n’est donc pas rare de devoir débarrasser le corps des parasites et de la levure. Le protocole de traitement ayurvédique peut être utilisé pour traiter à la fois les levures et les parasites.

En Ayurvéda, l’intestin grêle est le siège deAgni (le feu digestif), l’intestin grêle est appelé grahani en sanskrit « ce qui saisit les choses ». Le feu digestif a une double action : Il aide à extraire l’essence des aliments. Puis détruire toutes les bactéries ou autres éléments pathogènes présents dans ces mêmes aliments. Pour faire son travail, il a besoin d’une chaleur harmonieuse, si Agni ne fonctionne pas correctement, la digestion est entravée, les toxines pénètrent dans le corps par l’appareil digestif entraînant un manque de résistance et une diminution de la fonction immunitaire. Cela se manifeste pas des indigestions chroniques et des dysfonctionnements digestifs (diarrhée, constipation, flatulences, manque d’appétit, appétit excessif ou une alternance de tous ces symptômes, candidose, allergies alimentaires, hypoglycémie, tâches ou stries sur les ongles …)

Pour la candidose ou parasites, il faut tonifier l’énergie interne :

  1. Ampoules de 3 champignons : Shiitake + Reishi + Maitaké (Marque SuperDiet)

  2. Teinture de propolis verte

  3. Chlorophylle magnésienne pure

  4. Extrait de pamplemousse

  5. Astragale, shisandra

  6. Extrait de feuilles d’olivier (anti-fongique et anti-bactérien)

  7. Triphala tous les soirs avec un soupçon de gingembre et de

  8. Vitamine B12

Les régimes trop complexes, trop chauds, trop froids, composés d’une trop grande quantité d’aliments crus ou trop cuits, d’un excès alimentaire ou de jeunes réguliers, d’un excès de pollution, de se nourrir d’aliments dévitalisés, d’une consommation excessive de stimulants, d’antibiotiques, de purgatifs, de lavages du côlon, de médicaments ou drogues ainsi que d’un excès de stress, de choc émotionnels ou d’hypersensibilité entraînement des faiblesses de l’intestin grêle.

Alimentation

  1. Éviter d’une manière générale les aliments traités, raffinés, sucrés, préparés avec de la levure et des ferments ainsi que le café et l’alcool

  2. Évitez les poissons fumés ou viandes fumées

  3. Évitez les arachides ou le beurre d’arachides (trop humide)

  4. Supprimer les sucres simples (glucose, dextrose, fructose, lactose)

  5. Éliminer le lactose des produits laitiers

  6. Éliminer le gluten

  7. Éviter La plupart des fruits, en particulier les fruits très «doux» comme le raisin, la pastèque, les dates et la mangue, ainsi que d’éviter tous les fruits secs, les smoothies qui contiennent des niveaux plus élevés de sucres.

  8. Éviter miel, sirop d’érable, jus de fruits frais et fruits acides ainsi que les fruits séchés, crème glacée, biscuits, pâtisserie, smoothie.

  9. Éviter pommes de terre douces, pommes de terre, courges qui sont trop sucrées.

  10. Privilégier les produits complets et issus de l’agriculture biologique

  11. Consommer préférentiellement : riz, orge, millet, sarrasin, amarante, avoine sans gluten, orge, œufs, volailles (poulet, dinde, canard), poissons frais (poissons gras), algues, légumineuses, légumes (sauf ceux trop sucrés), fruits (1 seul par jour si l’état de l’intestin le permet)

  12. Modérément : noix, avocat, huiles

  13. Adzuki & Mungo sont d’excellentes légumineuses.

  14. Légumes : Kale, persil, chou vert, épinard, panais, betterave, carotte

  15. Miso autant pour son aspect protéiné que son complexe de vitamine B que son aide pour la flore intestinale

  16. Choucroute crue pour la flore intestinale

  17. Umeboshi le matin au lever dans de l’eau chaude

  18. Consommer des épices : gingembre, poivre long, trikatu (3 poivres), cannelle, curcuma.

  19. Buvez de l’eau chaude + gingembre ou eau chaude + astragale

  20. Hydratez vous avec de l’eau pure, sans chlore

  21. Préparer un mélange digestif

Mélange digestif pour Vata & Kapha : 1 c. à thé de grains de poivre noir + 1 c. à thé de poivre long + 1 c. à thé de graines de cumin + 1 c. à thé de grains de cumin noir + 1 c. à thé de thym indien (ajwan) + 1 c. à thé d’assa-foetida + 1 c. à thé de gingembre en poudre + 1/2 c. à thé de sel d’Himalaya.

Faire griller les 2 poivres, les 2 cumin, et le thym indien. Réduisez les en poudre et ajouter le sel et le gingembre en poudre. Faire fondre 3/4 c. à table le ghee et dès qu’il est fondu, ajoutez l’asso-foetida et mélanger régulièrement. Dès qu’une pâte se forme, fermez le feu. Incorporez ce mélange aux autres épices moulues et consommez 1/2 c. à thé du mélange en début de repas avec un peu d’eau chaude. Commencer par préparer du babeurre indien : 1 tasse d’eau + 1 tasse de yogourt frais. mélanger le tout et épicé le de gingembre, de cumin, d’assa-foetida ou de coriandre. 3 à 5 tasse par jour. Vous pouvez faire un jeûne de babeurre pendant 3 jours Puis ensuite, 3 à 5 jours de Kitchari ou de soupe d’orge. Rythme de vie : Massage à l’huile chaude, réflexologie, shiatsu, acupuncture, fasciathérapie, aromathérapie, promenade dans la forêt, respiration…des pratiques simples qui vous font du bien & permettent au corps de relâcher le stress. Évitez les parfums chimiques ou autres polluants ménagers. Prenez plaisir à aller vous coucher avant 11h00. Nettoyer bien votre chambre et votre literie. Aérez vous.

3 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page