top of page

Méditation : Le vagin a besoin de se sentir en sécurité pour s’abandonner

« Je suis la gaine de l’épée. Je suis dentée, armée et prête à mordre. J’ai le pouvoir de défendre, d’assurer la sécurité des femmes. Je ne suis pas passive, acceptante, prête à être comblée. Je suis consciente, vigilante, prête à rejeter ce que je ne veux pas et à saisir ce que je veux. Écoutez-moi et je vous dirai à quel point nous sommes en sécurité en ce moment. Quand nous sommes en sécurité, je suis ouverte et réceptive, moite et accueillante. Quand je me sens menacée, je deviens froide et dure, chaude et serrée, irritée et enflammée. Si le danger persiste, je pleure, je suis envahie. Dans la santé et la joie, je suis un écosystème riche et prospère : des levures amicales, des bactéries bénéfiques et un assortiment généreux de lubrifiants glissants qui prospèrent dans mes profondeurs au goût acidulé. Je suis extensible. Je suis expansive, Je cède; Je fond, je me rends. Je repousse les limites. Je suis gourmande. Je suis lisse. Je suis élégante. Je me situe entre ce qui est montré et ce qui est caché. Je suis à la fois publique et privée. Je ne suis pas visible, pourtant je suis l’identité d’une femme. » – Susun Weed

Le vagin est un passage musclé et muqueux qui relie les parties génitales externes d’une femme à son utérus. Lorsque nous parlons de pénétration sexuelle, c’est le vagin. Pendant l’excitation sexuelle, le vagin s’allonge, s’ouvre et soulève une bosse sensible appelée le point G.

Pendant des milliers d’années, les hommes ont perpétué la croyance que le vagin est un réceptacle inerte et creux qui peut être pénétré et rempli à leur guise et à leur gré. Mais il y a des dizaines de milliers d’années, lorsque les femmes racontaient les histoires, le vagin était à l’honneur. Vivant, sensible, réactif et intrinsèquement capable de faire connaître ses souhaits et ses désirs, le vagin, et sa santé ou son absence, est profondément lié au sentiment de sécurité de la femme.

Un vagin sain a une odeur agréable, un goût légèrement acide et est naturellement «autonettoyant». Un vagin sain sécrète des liquides clairs ou laiteux qui protègent les tissus vaginaux délicats. Ces fluides sont plus lourds et plus glissants pendant l’ovulation.

Le vagin contient des micro-organismes favorables à la santé, ainsi que des microbes qui peuvent envahir et provoquer des symptômes. Dans le vagin sain, le glucose exsudé du sérum sanguin est consommé par la flore vaginale et métabolisé en acide lactique. Cela acidifie le vagin, favorisant une flore saine et déprimant les perturbateurs. S’il y a trop de glucose ou trop peu de flore, l’acidité du vagin est compromise et une infection – due à des organismes inhérents ou transmis – est probable. Pour la santé, lavez votre zone vaginale uniquement avec de l’eau ordinaire ou du vinaigre très dilué.

Il existe au moins trente bactéries, champignons et parasites différents qui peuvent provoquer des infections vaginales. Certains vivent naturellement dans le vagin, certains sont introduits par contact intime, certains peuvent également être acquis sans contact sexuel. De nombreuses infections vaginales provoquent des écoulements, des démangeaisons et une inflammation. Les antibiotiques et les agents antibactériens, notamment les savons antibactériens et les huiles essentielles, tuent les micro-organismes vaginaux protecteurs. La prise d’antibiotiques double le risque de développer une infection vaginale.

Les tissus vaginaux sont sensibles aux œstrogènes et aux hormones de stress. Lorsque le mélange d’œstrogènes change à la puberté, à la ménopause, pendant la grossesse et tout au long du cycle menstruel, le vagin réagit, parfois avec douleur, sécheresse et, éventuellement, infections.

Si l’environnement vaginal devient alcalin, ou si les tissus reçoivent trop de sucre, ou trop d’antibiotiques, cela tue la flore bénéfique, alors une variété de micro-organismes qui vivent dans le vagin, tels que candida et gardnerella, prolifèrent et provoquent une infection.

Lorsqu’une femme ne se sent pas en sécurité dans sa vie ou chez elle, elle produit du cortisol et d’autres hormones qui ont un impact sur la santé vaginale. Le malaise, l’anxiété, la détresse peuvent rapidement modifier l’équilibre du pH du vagin, provoquant un dépérissement des organismes bénéfiques et une vague d’organismes infectieux. La couche de mucus qui protège le vagin change sous le stress, s’amincit et offre moins de protection. Et, quand une femme a peur, les muscles de son vagin se serrent, refusant les rapports sexuels ; si la pénétration est forcée, ses tissus vaginaux se déchireront, permettant un accès facile à toutes sortes de virus et bactéries indésirables.

Cette méditation est conçue pour améliorer la santé du vagin, pour épaissir la muqueuse protectrice et restaurer l’aisance des muscles vaginaux. C’est à la fois une médecine préventive et curative. Les femmes qui ont des antécédents d’abus sexuels peuvent souhaiter faire cette méditation par étapes sur une base quotidienne; construire progressivement et continuer jusqu’à ce qu’elle soit complètement incorporée dans votre esprit et votre corps, votre psychisme et votre esprit. Les femmes qui ont des infections vaginales chroniques peuvent trouver utile de faire cette méditation chaque fois qu’elles ont leurs lunes rouges. D’autres femmes peuvent l’utiliser à l’occasion.

Préparation: Trouvez un endroit sûr, à l’extérieur ou à l’intérieur, pour être absolument seul pendant trente minutes. Vous aurez besoin d’une couverture qui vous couvre complètement.

Méditation guidée : Asseyez-vous confortablement. Expirer. Soupirer à voix haute. Baissez la tête lorsque vous expirez et soupirez (menton vers votre poitrine). Soulevez lentement votre cou pendant que vous inspirez. Répétez pendant une minute ou plus; alors imaginez que vous inspirez et expirez de votre vagin. Continuez à respirer, à soupirer et à imaginer pendant une autre minute ou jusqu’à ce que les émotions – telles que la peur, la douleur, la rage, la confusion, la joie – se libèrent.

Que les larmes viennent si elles le veulent. Que la colère vienne si elle le veut. Laissez l’ecstasy venir si elle le veut. Soyez compatissant avec votre confusion et votre peur. Pas de blâme, pas de honte.

Lorsque la montée d’émotion se déplace, déplacez une ou les deux mains vers votre yoni. Répétez à voix haute: «tu es en sécurité, tu es protégé. » Dites-le encore et encore, en observant et en ressentant toutes les émotions. Pas de blâme, pas de honte, pas de culpabilité.

Art, LynneRutherfordArt

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Motherhood Méditation

J’honore et remercie la Mère Galactique, la Mère Terre, les Gardiennes du monde vivant, la Sororité de Femmes qui m’entoure, Ma fille. La maternité n’est pas une définition. C’est un SENTIMENT, une VU

bottom of page