top of page

Le clitoris & la glande pinéale


Fascinant que cette connexion entre la glande pinéale et le clitoris. 49 jours après la gestation, l’âme pénètre dans le corps et détermine le sexe dans lequel elle s’incarnera – et à partir de ce moment, la structure du clitoris se forme.

La glande pinéale et le gland (tête) du clitoris partagent également le fait qu’ils sont l’un des rares organes solitaires du corps – car la plupart des autres organes et structures sont des organes à  gauche ou à droite (en particulier à l’intérieur du cerveau).  Notre glande pinéale est considérée comme un vestige du «troisième œil» chez les reptiles et les oiseaux, responsable de la vision et de la sensibilité électromagnétique nécessaires pour les migrations à travers la Terre. En tant qu’êtres humains, nous comptons toujours sur cette photosensibilité pour la production de mélatonine et de sérotonine en fonction de la lumière du jour et de la nuit, la capacité à recevoir l’intuition, les conseils et les visions. De même, le clitoris a sa propre sensibilité électromagnétique car dans le gland du clitoris seul possède 8000 terminaisons nerveuses – plus sensibles qu’un pénis – et dans l’ensemble du clitoris, nous avons plus de 15000 terminaisons nerveuses. Il existe une qualité et une connexion solides de sensibilité, de conscience spirituelle et de régulation hormonale ainsi que des conseils pour l’intuition en gardant la glande pinéale douce, active et vivante, et une forte qualité d’intelligence instinctive, de production et de régulation hormonale que nous gagnons en assurant une connexion vivante, forte et profonde à notre clitoris.

Au-delà de la connexion avec la glande pinéale, le clitoris a également une relation avec les poumons : Un rôle au niveau émotionnel (la libération du chagrin, la capacité à détoxifier le corps par les mouvements de fluide qui équilibrent, nettoient et lubrifient) & un rôle d’activation dans le mouvement du liquide lymphatique. Cette relation subtile et réflexive de la lymphe nous amène également à explorer la biomécanique de la relation du clitoris avec le sacrum : Notre placement et inclinaison pelvienne, à l’ouverture et à la libération du psoas. La relation au niveau biomécanique du clitoris avec les poumons se présente à travers les tissus érectiles du clitoris, activant et déplaçant la position de nos hanches vers l’avant. À son tour, cela affecte le muscle psoas, qui s’active et se détend, permettant aux côtes et au cœur de s’ouvrir et à la respiration de se libérer.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Motherhood Méditation

J’honore et remercie la Mère Galactique, la Mère Terre, les Gardiennes du monde vivant, la Sororité de Femmes qui m’entoure, Ma fille. La maternité n’est pas une définition. C’est un SENTIMENT, une VU

Comments


bottom of page