top of page

Heron hall, La maison Bien-être




Une maison inspirée de la nature pour le bien-être.


Par Tom Walker


Le designer Jason McLennan est considéré comme l’une des personnes les plus influentes du mouvement de la construction écologique. Il est le fondateur et créateur du Living Building Challenge – l'un des programmes de construction écologique les plus progressistes et les plus stricts au monde – et PDG de l'International Living Future Institute, une ONG qui se concentre sur la création de communautés «socialement justes, culturellement riches et écologiquement réparatrices ».

Responsable de la conception de certains des bâtiments écologiques les plus avancés au monde. McLennan a joué un rôle clé dans la conception du Bullitt Center, un immeuble de bureaux commerciaux situé à Seattle, aux États-Unis, qui est l'un des plus grands bâtiments à énergie positive nette au monde et a été conçu selon les normes du Living Building Challenge. Le bâtiment de six étages et d'une superficie de 4 800 m² produit près de 30 % d'énergie de plus que ce dont il a besoin, dispose d'une collecte d'eau de pluie de 52 000 gallons, d'un système de purification par lumière UV et de 26 puits géothermiques qui aident à chauffer le bâtiment dans le l'hiver et rafraîchissez-le en été.


Appelée Heron Hall, la maison est entièrement alimentée à l’énergie solaire et entièrement hors réseau d’eau. Alimenté par des panneaux photovoltaïques d'une valeur de 10 kW sur son toit orienté au sud, tandis qu'une citerne d'eau de pluie de 15 000 gallons fournit 100 % de l'eau potable et de lavage. Des pratiques durables ont été intégrées dans tous les aspects de la maison, à commencer par la conception et les matériaux de construction.


Plutôt que le béton (très polluant, SI l’industrie du ciment était un pays, elle serait le 3ème émetteur de dioxyde de carbone au monde avec jusqu’à 2,8 milliards de tonnes, responsable à lui seul de 8 % des gaz à effet de serre de la planète. Le béton est un monstre assoiffé qui absorbe près d’un dixième de l’eau utilisée dans l’industrie mondiale. Cette situation met souvent à rude épreuve l’approvisionnement en eau potable, car 75 % de cette consommation se fait dans les régions en proie à la sécheresse et au stress hydrique. Dans les villes, le béton ajoute également à l’effet d’îlot de chaleur en absorbant la chaleur du soleil et en emprisonnant les gaz d’échappement des voitures et des climatiseurs.

Les polluants du béton :

  • La présence de chrome et de cobalt

  • Les solvants

  • Les agents de démoulage (huiles minérales de distillation, polybutènes, polyalkylbenzènes, les additfs)

  • Emanation de poussières fines, de composés organiques volatils (COV), d’oxydes d’azote et d’oxydes de soufre.

  • Impacts sur la santé : Maladies de la peau, inflammations de la muqueuse nasale, inflammations des bronches et des problèmes pulmonaires, cancer. Pour préserver au mieux votre santé, les principaux matériaux utilisés dans la construction étaient le bois et le pisé structurel – une méthode ancienne de construction de murs robustes.« Le pisé est essentiellement un processus de fabrication de pierre comme le fait la nature – par compression », explique McLennan. « Les murs ont deux pieds d'épaisseur et ont été structurellement renforcés et isolés. Si vous les regardez de près, ils ressemblent presque à des couches du Grand Canyon, car vous obtenez ces lignes ondulées là où le matériau a été compacté. Ce n’est donc pas seulement un très beau matériau, mais il a également une très faible empreinte environnementale. »


Situé sur l'île Bainbridge, près de Seattle, aux États-Unis, Heron Hall se fond également dans son environnement naturel, dans le cadre de l'intention de McLennan d'intégrer l'extérieur. "C'est une maison incroyable – très émouvante et paisible », dit-il. Il est intéressant de voir à quel point certaines des caractéristiques environnementales que nous avons incluses ont des conséquences positives et involontaires dont profite toute la famille.

Par exemple, les méthodes de construction et les matériaux que nous avons utilisés ont rendu la structure très « étanche », de sorte qu'elle est incroyablement économe en énergie et qu'il n'y a aucune fuite. L'un des avantages liés au bien-être est que la maison est incroyablement silencieuse – vous n'entendez aucun bruit extérieur indésirable – et est donc très propice à des habitudes de sommeil saines.


Il ajoute qu'en plus d'être une maison familiale, il considère Heron Hall comme un « bâtiment vivant et un laboratoire révolutionnaire pour les matériaux et les stratégies de construction vivants.


L'un des principes de design qui passionne McLennan – et qui se reflète dans son travail – est le design biophilique. Basé sur le concept de biophilie (« amour de la nature »), le design biophilique se concentre sur la relation entre les humains et la nature et sur la manière dont les humains sont attirés par le monde naturel.

Incorporant des éléments de la nature et offrant des espaces de vie aux plantes et aux animaux dans l’environnement bâti, le principe gagne du terrain parmi les entreprises considérées à la pointe de la conception des lieux de travail, notamment Apple, Google et Amazon. Cela s’explique en partie par le fait qu’il a été démontré que la conception biophilique améliore la concentration, l’engagement et les capacités cognitives des travailleurs.

Pour McLennan, la conception biophilique et le choix de matériaux naturels – comme l’utilisation du bois et du pisé à Heron Hall – ont un rôle crucial à jouer dans les projets de construction qui cherchent à promouvoir le bien-être. Les matériaux utilisés dans une maison ont un impact significatif sur le sentiment de bonheur et de bien-être des gens. Mais c'est quelque chose qui est difficile à qualifier et à quantifier – et qui n'attire généralement pas l'attention des gens.

Une grande partie de mon propre travail et de celui de McLennan Design se concentre sur le lien entre la nature et les humains. Être entouré d’êtres vivants présente d’importants avantages physiques et psychologiques. "Permettre aux gens de communiquer non seulement avec la lumière naturelle et les vues sur la nature, mais aussi avec la présence de plantes – et parfois d'autres espèces – est quelque chose que nous cherchons de plus en plus à offrir à travers nos conceptions."


ÉLIMINER LES MATÉRIAUX TOXIQUES

« Pour créer des bâtiments propices au bien-être, nous devons commencer à utiliser des matériaux sains pour les gens », dit-il. « Il est particulièrement important que nous commencions à éliminer les produits chimiques toxiques présents dans les matériaux de construction qui sont malheureusement omniprésents dans l'industrie.

« Ce sont les choses invisibles que vous ne pouvez pas nécessairement voir qui peuvent provoquer le cancer – ou, au minimum, peuvent nuire à la qualité de l'air et déclencher des allergies, de l'asthme et toutes sortes de problèmes de santé. Une partie de mon travail s’est concentrée sur la résolution de ces problèmes.

Par « son travail », McLennan fait référence à la création de la Liste rouge – un inventaire contenant certains des « pires matériaux » répandus dans l'industrie du bâtiment. Présentant une vingtaine de produits et leurs dérivés, il propose un guide des matières à éviter. La liste a été créée par l’International Living Future Institute – dont McLennan est président et co-fondateur.

"La Liste rouge est une liste de produits chimiques ou de matériaux toxiques qui sont courants dans l'industrie du bâtiment et qui pourtant n'ont pratiquement aucun niveau d'exposition sûr", explique McLennan. "Cela fait partie d'une campagne du Living Future Institute visant à motiver les fabricants à éliminer ces produits chimiques de leurs produits et de leurs chaînes d'approvisionnement – ​​et cela fonctionne vraiment."

Chacun des produits chimiques de la Liste rouge pollue l’environnement et se bioaccumule tout au long de la chaîne alimentaire jusqu’à atteindre des concentrations toxiques. Il comprend des matériaux dont les effets néfastes sont largement reconnus – comme l’amiante, le plomb et le mercure – mais aussi d’autres qui sont encore régulièrement utilisés, comme le polychlorure de vinyle (PVC), le MDF, les retardateurs de feu halogénés et les plastiques.


MESURER LE SUCCÈS

En plus d'éviter les matériaux figurant sur la Liste rouge, la maison Heron Hall de McLennan répond à toutes les autres exigences du Living Building Challenge (LBC) – le programme de certification de construction durable qu'il a créé en 2006.

LBC établit des normes strictes pour tout, depuis la consommation d'eau et d'énergie jusqu'à la gestion des déchets et la manière dont le bâtiment interagit avec son environnement.

Mais même si sa maison a reçu le label de durabilité, les principales critiques étaient celles qui étaient au premier plan de l'esprit de McLennan lorsqu'il l'a conçue : ses enfants.


Flower Power – Le défi du bâtiment vivant

Décrit comme l'une des normes de performance les plus rigoureuses au monde pour les bâtiments, le Living Building Challenge utilise une fleur comme métaphore. En effet, selon McLennan, l’environnement bâti idéal devrait « fonctionner aussi proprement et efficacement qu’une fleur ». Comme les fleurs, chaque bâtiment résidentiel doit :• Récolter toute sa propre énergie et eau• S'adapter au climat et à l'emplacement• Fonctionner sans pollution• Promouvoir la santé et le bien-être• Être composé de systèmes intégrés• Être belle


Posts récents

Voir tout

À visionner : Meneath, l’île secrète de l’éthique

Meneath : l’île secrète de l’éthique explore les contradictions entre les sept péchés capitaux (luxure, gourmandise, avarice, paresse, colère, orgueil et envie) et les sept enseignements sacrés anichi

Film japonais, The sound of water

“La fleur de cerisier est une fleur puissante. Sa joliesse est un masque. Par sa fougue, par son exubérance, elle est l’impitoyable appétit, la pulsion de vivre, le désir d’essayer ou de mourir. Le mo

Comments


bottom of page