top of page

Ce ne sont pas des sorcières qui ont été brûlées, ce sont des femmes

«Ce ne sont pas les sorcières qui ont été brûlées, C’étaient des femmes. Des femmes considérées comme Trop belles, Trop franches, Qui avaient une tache de naissance, Des Femmes trop habiles en phytothérapie, Trop fortes, Trop calmes, Trop de rouge dans ses cheveux, Des femmes qui avaient un lien fort avec la nature Les femmes qui dansaient Les femmes qui chantaient ou quoi que ce soit d’autre, vraiment. Les sœurs ont témoigné et se sont retournées les unes contre les autres lorsque leurs bébés étaient détenus sous la glace. Les femmes étaient détenues sous l’eau et si elles flottaient, elles étaient coupables et exécutées. Si elles coulaient et se noyaient, elles étaient innocentes. Les femmes ont été jetées des falaises. Les femmes ont été enfoncées dans des trous profonds dans le sol. Le début de cette folie a été des années de famine, de guerre entre les religions et beaucoup de peur. Les églises ont dit que les sorcières, les démons et le diable existaient et que les femmes n’étaient rien d’autre que du trouble. Le fanatisme biblique a tué des milliers de femmes. Tout ce qui était lié à une femme était craint, en particulier sa sexualité. Étiqueté comme sombre et dangereux, au cœur des procès de sorcières à travers le monde. Pourquoi est-ce que j’écris ceci ? Parce que je pense que l’utilisation des mots est importante, surtout lorsque nous faisons le travail pour faire remonter à la surface ces histoires obscures, réprimées et oubliées. Parce que connaître notre histoire est important lorsque nous construisons le nouveau monde. Lorsque nous faisons le travail de guérison en tant que femmes. Donner une voix aux femmes massacrées, leur donner réparation et une chance de paix. Ce ne sont pas les sorcières qui ont brûlé. C’étaient des femmes.” – Fia Forsström

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Motherhood Méditation

J’honore et remercie la Mère Galactique, la Mère Terre, les Gardiennes du monde vivant, la Sororité de Femmes qui m’entoure, Ma fille. La maternité n’est pas une définition. C’est un SENTIMENT, une VU

Comments


bottom of page