top of page

Ayurveda, Microbiote & Agni

Le microbiote est une représentation de la Terre, du monde cellulaire et de tout ce qui nous entoure. Notre corps est un milieu de vie contenant des milliards de micro-organismes qui vivent sur & dans notre corps. Ils contiennent des bactéries, des archées, des champignons et de nombreux autres microbes. On estime que chaque corps contient environ 100 000 milliards de microbes, ce qui dépasse en nombre les « cellules humaines », qui ne représentent que 43 % du nombre de cellules du corps & entretiennent une symbiose . Même l’odeur de notre peau, de notre bouche et de nos cheveux est dictée par notre “biocode”. .Notre microbiote (intestinal, vaginal et du cuir chevelu) joue un rôle important (contrôle les mécanismes homéostatiques et vitaux de l’organisme, aide à améliorer notre métabolisme, à prévenir l’immunité, à résister aux infections et à l’inflammation…) et ajoute environ 2 kg à votre masse corporelle. Les microbes entretiennent une symbiose mutuelle avec nos cellules humaines. Ils ont tous deux besoin l’un de l’autre pour maintenir un environnement sain à l’intérieur et à l’extérieur de notre corps.

La peau est le plus grand organe du corps humain et est colonisée par des micro-organismes. Les types de micro-organismes présents sur votre peau dépendent de l’écologie de la surface de la peau. Cette écologie dépend de l’emplacement, des substances et processus endogènes en cours, ainsi que de tout facteur environnemental exogène.Et, la couche microbienne de notre peau est comme une couche intermédiaire qui permet les échanges entre l’homme et son environnement. Comme le microbiote est tel un ecosystème vivant unique à chacun, il est important de comprendre l’importance et l’impact que les produits de beauté, la nourriture, l’environnement peuvent avoir sur sa santé.

 Selon la Médecine ayurvédique, l’axe cerveau-intestin est un acteur clé de l’état du système nerveux central, à travers le concept d’Agni (force transformatrice) Reconnaître que l’intestin interagit avec l’environnement externe, comme la nourriture, plus que tout autre tissu, implique que l’intestin agit comme une interface centrale de l’organisme. Notamment, le tractus gastro-intestinal échappe au contrôle du SNC et possède son propre système nerveux appelé système nerveux entérique. En fait, l’intestin est capable d’accomplir bon nombre de ses tâches en l’absence de contrôle du SNC. Structurellement et neurochimiquement, l’intestin est en réalité un cerveau en soi ; il contient quelque 100 millions de neurones. Serait-ce la raison pour laquelle tant de cultures et de systèmes de médecine au-delà de l’Ayurveda considèrent l’intestin comme jouant un rôle profond dans la santé et la maladie ?  La santé du microbiote affecte les états physiologiques et mentales (dépression, sautes d’humeur, stress, fringales, diabète, maladies cardiaques et gestion du poids). Cela signifie qu’ils pourraient contribuer à notre conscience et à notre prise de décision.

La nourriture est également une information énergétique. Si nous pouvions considérer les quelque cinquante tonnes de nourriture que nous consommons au cours de notre vie comme une forme d’information, mangerions-nous alors de la même manière ? Et dans un sens plus large, si nous comprenions notre interface avec notre environnement extérieur comme une forme de communication, comporterions-nous comme nous le faisons actuellement ?  

L’Ayurveda soutient pleinement ce concept. On dit qu’Agni représente l’unification du corps, de l’esprit et de la conscience. 

À l’inverse, la qualité du contenu émotionnel introduit dans le système refléterait alors l’intégrité de l’interface du tissu intestinal. L’émotion, comme d’autres influences subtiles, devient un autre coup de pouce potentiel vers l’augmentation ou la diminution de la qualité des communications au sein du corps/du réseau neuronal.  

Indriya – Les portes de la perception

Indriya, mot sanskrit pour portes de perception, est un réseau de flux d’informations ordonnés de manière dynamique. Comme le suggère l’Ayurveda, il n’y a pas de différence entre le corps et l’esprit. En effet, les peptides et leurs récepteurs rejoignent l’intestin, le cerveau, les glandes et le système immunitaire dans un réseau de communication entre le cerveau et le corps. Étant donné que le substrat des émotions pourrait éventuellement être représenté par des neuropeptides. certains suggèrent que nous pensons réellement avec notre corps. Une émotion a toujours une réponse viscérale correspondante, et que les messages de l’intestin au cerveau sont plus nombreux que les messages du cerveau à l’intestin par environ neuf contre un.  Ce flux chimique ou énergétique en constante évolution peut être décrit plus précisément comme le « réseau neuronal ». Ainsi, nous voyons le corps de manière ayurvédique, comme un réseau d’interactions en constante adaptation avec l’environnement interne & externe. Et des perturbations mineures, d’origine subtile, du réseau neuronal peuvent induire des changements spectaculaires dans le tonus de l’organisme.  

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page