top of page

Économie consciente & transformation sociale




Dans We Are the Economy , Kai Romhardt, professeur de Dharma, propose une stratégie minimaliste basée sur la conscience qui reconfigure totalement nos relations économiques fondamentales : le travail, la consommation et l’argent.


Les processus économiques imprègnent nos vies. Nous travaillons. Nous faisons nos courses. Nous empruntons de l’argent ou investissons de l’argent. Simplement en travaillant, en consommant et en gérant notre argent, nous soutenons et perpétuons tout ce que nous appelons l’économie. En fait, nous sommes cette économie. Mais notre système économique actuel nous sert-il vraiment et contribue-t-il positivement à notre bonheur dans la vie ? 

Tous les êtres humains aspirent à un sentiment de communauté, d’amour, de confiance et de compréhension. Notre travail, notre comportement en tant que consommateur et notre argent peuvent et doivent nous soutenir dans cette entreprise. Notre objectif commun devrait être de favoriser une économie significative qui, à son tour, crée plus de sens et de but dans nos vies. Pourtant, notre version actuelle de l’économie non seulement nous déçoit, mais elle met beaucoup d’entre nous en colère. Les crises économiques et financières créent un climat de peur et d'insécurité. De nombreuses entreprises opèrent dans un contexte de stress, de pression et d’esprit de compétition accrus. Le sens du sens et la joie ne sont pas une priorité au travail, et les excès et la cupidité sapent notre confiance.

Comment est-ce arrivé? Qu'est-ce qui ne va pas ? Comment avons-nous favorisé une économie qui ne répond pas à nos besoins les plus profonds, qui affaiblit nos communautés, qui augmente nos peurs et notre mécontentement et contraint nos cœurs ? 

En temps de crise, nous nous sentons victimes. Nous sommes victimes de banques d’investissement cupides, de politiciens incompétents, de paradigmes de marché impitoyables et de gestionnaires froids, qui suppriment des emplois ou les déplacent à l’étranger. Nous semblons être les observateurs silencieux d’un système puissant qui nous enveloppe, nous façonne et nous restreint sous la forme de prix, de salaires, de dettes, d’impôts, d’emplois et de logistique. Se résigner à n’être que des observateurs est cependant inexact et dangereux. 

Une économie n’arrive pas simplement à nous. L’économie n’est pas un système autosuffisant qui existe au-delà de notre sphère d’influence. Ce n’est pas non plus un événement que nous regardons en spectateurs impuissants. Nous sommes des participants actifs : nous achetons, vendons, épargnons et empruntons de l’argent quotidiennement. Nous travaillons ou nous ne travaillons pas. Nous développons des besoins auxquels nous répondons d’une manière ou d’une autre ; certaines de ces méthodes ont un impact significatif, tandis que d’autres sont nuisibles. Nous consommons de manière responsable ou excessive ; nous achetons consciemment ou inconsciemment ; nous soutenons les efforts significatifs ou insensés. Nous sommes soit mécontents, soit satisfaits de notre vie. Cela peut aller dans les deux sens. 

Chaque jour, nous choisissons à nouveau. Même si des structures économiques plus vastes détiennent une grande influence, nous sommes plus libres que nous ne le pensons. Cette liberté est tout aussi merveilleuse et stimulante. Nous sommes conscients que l’économie n’est pas une loi dure et inébranlable de la nature, mais plutôt une expression de notre esprit individuel et collectif.

Chaque jour, nous avons la possibilité de faire évoluer l’économie dans une direction plus significative. À mesure que nous achetons et consommons de manière plus consciente, investissons et empruntons plus consciemment et travaillons de manière plus consciente, nous créons une microéconomie très différente du système macroéconomique. Des millions et des milliards de ces activités économiques de petite, moyenne et grande taille peuvent tisser, jour après jour, une nouvelle économie et créer le potentiel d’un changement positif. 

L’humanité a produit un type différent de comportement économique à chacune de ses phases de développement. À mesure que nos attitudes changent, notre économie change. Je vous invite à explorer un regard nouveau et pratique sur les questions économiques fondamentales. À quelles théories, concepts et structures pouvons-nous faire confiance ? Quel type d’économie voulons-nous ? 

Dans notre quête du bonheur en tant qu’individus et en tant que société, nous nous appuyons sur plusieurs concepts économiques centraux : croissance économique, concurrence, efficacité, retour sur investissement, rivalité et performance, entre autres. Nous nous évaluons selon ces normes. Pourtant, ces idées contribuent-elles à notre bonheur ? De moins en moins de gens peuvent accepter les promesses des économistes, des chefs d’entreprise et des politiciens selon lesquelles la croissance économique, les entreprises florissantes et la hausse des cours des actions garantiront une « belle vie » pour nous tous. Notre société toute entière est aux prises avec une crise de confiance. Si nous y regardons de près, nous pouvons reconnaître le caractère toxique de toute une série de concepts économiques. 

La rivalité et la concurrence sont considérées comme les vertus cardinales de l’économie de marché. Pourtant, la concurrence crée du stress, de la polarisation et des tensions à tous les niveaux de notre société. En y regardant de plus près, nous reconnaissons que de nombreux problèmes des sociétés modernes comme le stress, l'épuisement professionnel, la dépression, l'agitation, la pénurie et la pauvreté sont alimentés par l'idée de concurrence. Nous n’en aurons jamais assez. Nous ne sommes jamais en sécurité. Dans de nombreux domaines, notre économie est déconnectée de nos besoins réels. L'économie ne nous rend pas plus heureux, plus satisfaits ou plus compatissants, mais au contraire augmente nos souffrances, nourrit notre mécontentement et affaiblit nos communautés. Au cours des dernières décennies, nous avons laissé certains concepts et idées économiques prendre trop de pouvoir sur nos vies. Il est temps d'apprivoiser le monstre. Mais avant de pouvoir le faire, nous devons faire le vide dans nos esprits. 

Nous avons besoin d'alternatives. Nous devons remettre en question les idées de croissance, de retour sur investissement, de profit et de réussite. Notre pensée économique est enracinée dans de fausses présomptions de cause à effet et fonctionne en utilisant des termes et des hypothèses toxiques. Notre économie actuelle nous aide-t-elle à nous sentir plus gentils et plus satisfaits ? La plupart des économistes estiment que ces questions dépassent le cadre de leurs responsabilités, mais elles sont pourtant très importantes. Toute économie qui ignore notre bien-être mental et notre potentiel humain et qui ne tente pas de comprendre et de répondre à nos besoins les plus profonds devrait être remplacée par une perspective plus large. 


Un nouveau modèle : l’économie consciente 

La pleine conscience est notre capacité à voir le monde tel qu’il est réellement. Le grand don de la pleine conscience est la clarté, qui peut nous aider à révolutionner notre processus de pensée concernant les relations économiques. Nous apprenons à reconnaître le sentiment qui nous envahit lorsque nous vérifions notre compte bancaire, et nous ressentons la tension dans notre corps lorsque nous nous comparons à nos collègues. Nous explorons les motivations les plus profondes de nos actions, réservons du temps pour l'essentiel, déconditionnons notre esprit et créons des espaces neutres. Nous commençons à observer nos attentes émotionnelles lorsque nous faisons des achats, nous ressentons notre agitation lorsque nous scrutons les cours des actions et nous reconnaissons à quel point nous perdons notre lien avec le beau moment présent à cause du stress, de la planification constante et de la spéculation. 

La pleine conscience nous ramène directement au monde réel et nous connecte aux merveilles du moment présent. Notre vie est composée de moments présents, donc si nous laissons passer le présent, notre vie nous manque. Dès que nous prenons conscience du moment présent, une nouvelle porte s’ouvre. Ces prises de conscience changent nos habitudes de travail, notre consommation et nos attitudes envers l'argent et les finances. La pleine conscience n’est pas une potion magique, mais plutôt un chemin de pratique qui génère un aperçu d’une vie et d’un système économique inspirants, plus significatifs et plus bénéfiques. 


Le courage d’avoir une vision 

Notre système économique actuel nous offre peu d’inspiration. Cela effraie beaucoup d’entre nous et nous nous sentons impuissants en y pensant ; le marché boursier apparaît comme une bête sauvage et imprévisible, qui peut détruire des industries entières et des économies nationales avec ses fluctuations imprévisibles. Cela ne peut pas être vrai. Nous avons besoin d'une vision différente. Nous avons besoin du courage d’exiger un autre type d’économie, une économie que nous pouvons mettre à l’épreuve, petit à petit, dans nos propres vies. Nous avons besoin de cœur, de discipline et d’expérience personnelle pour organiser nos processus économiques de manière plus significative, plus consciente et plus bienveillante, et déclarer notre besoin d’un système économique qui : 

  • cela ne nous fait pas peur ; 

  • nous sert plutôt qu'il ne nous asservit et n'est pas une fin en soi ; 

  • augmente notre bien-être mental; 

  • nous rend plus satisfaits au lieu d’augmenter notre mécontentement ; 

  • respecte et chérit nos moyens de subsistance, au lieu de les ruiner ; 

  • insiste sur la modération plutôt que sur le gaspillage ; 

  • intègre l'éthique; 

  • rassemble les gens au lieu de les séparer ; 

  • nourrit nos véritables besoins au lieu de créer des désirs artificiels et malsains ; 

  • renforce notre esprit au lieu de l’exploiter ; 

  • est motivé par la modération, la gratitude, le bonheur et la confiance plutôt que par l'avidité, l'insatisfaction, l'envie et la méfiance ; 

  • est dirigé par des dirigeants avisés et des modèles, qui opèrent sur la base de principes éthiques universels. 


Posts récents

Voir tout

À visionner : Meneath, l’île secrète de l’éthique

Meneath : l’île secrète de l’éthique explore les contradictions entre les sept péchés capitaux (luxure, gourmandise, avarice, paresse, colère, orgueil et envie) et les sept enseignements sacrés anichi

Film japonais, The sound of water

“La fleur de cerisier est une fleur puissante. Sa joliesse est un masque. Par sa fougue, par son exubérance, elle est l’impitoyable appétit, la pulsion de vivre, le désir d’essayer ou de mourir. Le mo

コメント


bottom of page